En France,
plus de 100 000 enfants
ne sont pas scolarisés.

La France et 195 pays se sont engagés
à garantir le droit à l'éducation pour tous les enfants.
Exigeons le respect de cet engagement.

Je signe la pétition #DesDroitsUnAvenir
Article 28 de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant.

L'enseignement primaire est obligatoire et gratuit pour tous et les États doivent prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer ce droit.

Le 20 novembre prochain marque les 30 ans de la Convention Internationale relative aux Droits de l’Enfant (CIDE). Ce texte fondateur est le tout premier à établir l’obligation juridique des 196 États qui l’ont ratifié de garantir la protection, l’éducation, la participation et la sécurité des enfants.

Pourtant, en 2019, la situation des droits de l’enfant dans le monde n’est guère réjouissante : 1 enfant sur 5 vit dans la pauvreté, 258 millions sont privés d’éducation et 165 millions sont malnutris. Le verdict est sans appel : il manque une réelle volonté politique des États, y compris de la France, d’appliquer et de respecter la CIDE.

L’Hexagone compte en effet plus de 100 000 enfants non-scolarisés. Pour certains, la complexité des démarches administratives pour l’inscription à l’école, les expulsions régulières du domicile, le refus d'accorder la protection de l'enfance aux mineurs isolés étrangers, le harcèlement raciste dans le milieu scolaire, le manque d’infrastructures et de personnel sont des barrières à leur scolarisation. Privés d‘accès à l’école, ces enfants sont condamnés à l’exclusion.

Pour Aide et Action, des mesures urgentes doivent être adoptées. Pour n’en citer que quelques-unes : création d’un Observatoire de la non-scolarisation pour dénombrer précisément ces enfants et les identifier, faciliter les inscriptions scolaires, instaurer une présomption de minorité, adapter les plans de lutte contre le racisme dans les écoles et respecter la trêve scolaire (moratoire de toute expulsion des enfants et de leurs familles durant l’année scolaire) et enfin instauration d’une médiation scolaire, qui permettrait d’aller à la rencontre de ces enfants et de leurs familles et de les amener vers l’école.

Dans le reste du monde, le droit des enfants à une éducation de qualité est aussi clairement bafoué. Pour que chaque enfant, sans exception, soit scolarisé, il manque aujourd’hui 39 milliards de dollars par an. Or, l’aide publique internationale au développement (APD) dédiée à l’éducation, en stagnation depuis près d’une décennie, est loin d’atteindre ce niveau. Et la France compte là encore parmi les mauvais élèves.

Aide et Action demande à la France d’augmenter son APD à hauteur de 0,7% du PIB (contre 0,43% en 2017) comme elle s’y est engagée. La France doit également dédier 15% de son APD à l’éducation, et cibler les enjeux les plus prioritaires comme l’éducation de base (primaire et collège), qui ne représente aujourd'hui que 2% de l’APD française, dans les pays les plus fragiles comme ceux d’Afrique subsaharienne et du Sahel.

La France doit faire mieux pour défendre et respecter les droits de l'enfant, sur son territoire et dans le monde à travers sa politique d'aide au développement. Nous demandons à nos dirigeants de prendre des mesures exemplaires qui montreront à tous les États signataires de la CIDE que oui, il est possible d'agir pour que le droit à l'éducation devienne une réalité pour tous !

INTERPELLEZ
Nos DIRIGEANTS

15 592
PERSONNES DÉJÀ MOBILISÉES

Monsieur le ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse, Monsieur le ministre de l'Europe et des Affaires étrangères,

C’est un fait : de l’éducation dépend l’éradication de la pauvreté et l’émergence de la paix dans le monde.

Il y a 30 ans, en signant la Convention Internationale relative aux Droits de l’Enfant, la France, avec 195 autres pays, s’est engagée à prendre toutes les mesures nécessaires pour appliquer, sur son territoire, le droit de chaque enfant à aller à l’école. Pourtant, plus de 100 000 enfants âgés de 3 à 16 ans ne sont pas scolarisés en France.

Dans le monde, ce sont 258 millions d'enfants qui ne sont pas scolarisés, dont 59 millions en âge d'aller à l'école primaire. Ces enfants sont privés de leur droit à l’éducation parce que les États ne prennent pas les mesures à la hauteur de leurs responsabilités et de leur engagement.

Messieurs les ministres, des millions d’enfants privés d’éducation comptent sur vous pour faire respecter leur droit à l'éducation.

Aujourd’hui avec Aide et Action, je vous demande d’agir et de montrer l'exemple afin que tous les États signataires respectent la Convention Internationale relative aux Droits de l’Enfant !


Je signe la pétition pour envoyer ce message

*champs obligatoires
En laissant vos coordonnées, vous acceptez que Aide et Action vous contacte par email pour vous donner plus d’informations sur ses actions et vous proposer de vous mobiliser à ses côtés. En savoir plus.

DÉCOUVREZ NOS ACTIONS POUR L'ÉDUCATION